• Couverture rigide – 256 pages
  • Editeur: Editions Tempus Fugit
  • Langue: Français (version anglaise: The Lost World)
  • Format: 30.2cm x 21.6cm
  • ISBN: 978-2-9576450-5-3

Sorti en septembre 2023

 

Jonk est l’un des photographes de lieux abandonnés les plus reconnus au monde. Depuis dix ans, il parcourt la planète à leur recherche. À travers cette pratique de l’urbex, il cherche à montrer leur lente transformation avant la disparition, l’impact du temps qui passe est le fil rouge de ce livre.
Cette quête de murs fissurés, de fer rouillé, de peinture écaillée l’a mené dans plus de cinquante pays. Aujourd’hui, Jonk nous livre le meilleur de ses explorations urbaines.

La préface est signée Denis Brogniart.

Un mot de l’auteur :
En 2013 je visitais mon premier lieu abandonné en banlieue parisienne. À l’époque, je photographiais surtout du street art. C’est ce qui m’a poussé à entrer dans cet ancien bâtiment des douanes à Pantin, investi par la fine fleur du graffiti parisien. J’y suis retourné plusieurs fois avant qu’il ne soit réhabilité. Cette première visite a été une révélation. L’atmosphère intense qui se dégageait de ce lieu, la sensation d’être là où je n’avais pas le droit d’être, les magnifiques peintures réservées à quelques aventuriers, une voie s’est ouverte ce jour-là.

J’ai tout de suite cherché d’autres lieux semblables où trouver des graffitis. Puis, très vite, graffiti ou pas, je me suis mis à voyager pour photographier ces lieux oubliés. Au début l’Est et le Nord de la France, puis la Belgique. Je me rappelle encore mon premier voyage « friche » à l’étranger : l’Allemagne en 2014. Quelques jours en solitaire avec déjà quelques frayeurs dont un premier vrai contact avec des agents de sécurité. Il a failli également être ma première rencontre avec la police… Je savais que ce périple en appellerait bien d’autres. Rapidement sont arrivés l’Europe de l’Est, puis les Balkans. Ensuite, le Japon, Taïwan… Plus tard la Namibie, l’Argentine… Passionné, je ne fais pas les choses à moitié. En dix ans, j’ai parcouru quatre continents, cinquante pays et un nombre de lieux que je ne compte plus depuis qu’il a dépassé les mille-cinq-cents. 

Ces lieux abandonnés me passionnent. Je leur trouve une esthétique sans pareil et que dire des questions qu’ils posent sur notre passage sur Terre, sur ce que l’on laisse derrière nous.

Dix ans après Pantin, et pour moi qui suis un amoureux des livres, il fallait une publication pour célébrer cette étape.

Ce livre a un fil rouge qui se rapporte à l’esthétique dont je parlais plus haut : le decay. Cette décadence, cet impact du temps qui est passé et qui a laissé sa trace sur les choses représente ce que je trouve magnifique à observer et à photographier dans ces lieux. Je cherche des capsules temporelles. Des lieux sur lesquels seul le temps a eu un impact, sans intervention humaine.

Ces lieux hors du temps, où celui-ci est comme suspendu, m’attirent comme rien d’autre. Chaque image de ce livre transpire donc le fer rouillé, la peinture écaillée, la poussière…

Ce travail compte vingt-deux chapitres qui sont soit par grandes thématiques – industriel, médical, religieux, etc. – soit des sujets chers à l’auteur dans cet univers oublié – textures, perspectives, formes abstraites, etc. De nombreuses photos de ce projet n’ont jamais été publiées.

Ci-après, une photographie issue de chacun des chapitres :

REVUE DE PRESSE

« Des images saisissantes » OpenEye

« Photographe en âme et en action depuis son enfance, Jonk pratique l’exploration urbaine: faisant fi de la notion de propriété privée ou de zones interdites, il confronte nos regards à des vestiges dévorés par le temps qui passe. Ses clichés, dont le grain reste d’une richesse rare, étonnent en changeant la vétusté en espace, le suranné en surprenante actualité. Sillonnant le monde à la recherche de décombres méconnus, l’artiste offre une (belle) voix à ces espaces, témoins muets de souvenirs oubliés de tous. Et tandis que les ruines se débarrassent, image après image, de leurs réputations peu recommandables, nos regards rêveurs se laissent à imaginer ceux qui, avant ces fissures et ce silence, s’épanouissaient en ces lieux, ramenés à la vie par ce créatif parisien. » Fluctuart

 « Des paysages à couper le souffle. Les clichés poétiques et presque métaphysiques de Jonk racontent le passage du temps et nous appellent à davantage de respect face à cette nature toute puissante. » France Télévisions

« Jonk s’érige comme l’un des photographes de sites délaissés les plus éminents à l’échelle mondiale, ayant consacré une décennie à l’exploration méticuleuse de la planète à la recherche de ces lieux délaissés. Dans cette œuvre magistrale, Jonk nous dévoile le florilège ultime de ses explorations urbaines, capturant l’esthétique poignante de ces espaces oubliés. La préface de Denis Brogniart offre un éclairage préliminaire à cette immersion visuelle dans l’éphémère, tout en magnifiant la démarche artistique de Jonk. » Beware

« Jonk, archéologue des temps modernes » Chasseur d’images

« Esthétique de la dégradation et poétique de la ruine sont le fil rouge de ses images. » L’Oeil de l’Info

« Sublimer ce qui est abandonné par l’Homme, ressusciter des lieux voués à l’oubli, réveiller, réanimer même des trésors à bout de souffle, telle est la mission, la vocation plutôt de Jonk, Sherlock Holmes des friches urbaines. Ces vestiges tombés en désuétude s’offrent à son objectif avec grâce et désir, comme pour entamer une nouvelle vie. » Oui

Chroniques sur Télérama, Artistik Rezo, ArchDaily, OpenEye, l’œil de la photographie…

L’AVIS DES LECTEURS

« Jonk “fixe” des lieux endormis, abandonnés par l’homme et reconquis par la nature. Ces paysages poétiques d’une stupéfiante beauté reflètent notre humaine fragilité et font naître une bouleversante prise de conscience : oui l’homme ne fait que passer… Alors soyons humbles, respectueux face à cette nature souveraine. » Sophie, Fnac

 

Achetez ce livre ici.